Newsletter gratuite




Bannière

Autres news Agro

Syndication RSS

FranceAgriMer : large focus sur la situation des marchés à l’international et la consommation des ménages français Imprimer Envoyer
Produits de la pêche
Mercredi, 21 Novembre 2012 08:00

À l’issue du Conseil des ministres de la pêche, le Conseil spécialisé de FranceAgriMer pour les produits de la mer, de l'aquaculture et de la pêche professionnelle en eau douce, réuni le 24 octobre 2012 sous la présidence d’Hervé Jeantet, s’est félicité de l’accord obtenu sur le futur instrument financier de la politique commune de la pêche par le Ministre Fréderic Cuvillier. Un large focus a été fait sur la situation des marchés à l’international et sur le marché français.

Une demande faible à l’international sur la plupart des marchés, qui pèse sur les prix
La situation économique mondiale affecte le comportement des consommateurs. La demande est faible sur la plupart des marchés et ne devrait pas se redresser ces prochains mois, à l’exception du pic saisonnier habituel durant la période des fêtes de fin d’année.

Léger recul des apports sur le marché français, mais progression des ventes en valeur
Les débarquements sur les douze derniers mois (cumul annuel mobile jusqu’à fin septembre 2012) reculent légèrement (- 1 %), du fait de la réduction des apports de coquillages et crustacés. Les autres groupes d’espèces enregistrent tous des captures en croissance. Le prix moyen augmente de 2 %, permettant une hausse du chiffre d’affaires de 1 %. À noter, le prix du carburant dans les ports qui reste à un niveau élevé.

Commerce extérieur : baisse des volumes échangés et prix moyens croissants
Sur douze mois (à fin août 2012), les importations françaises de produits aquatiques (hors thon, farines et graisses) reculent de 2 % en volume. Le prix moyen des produits étant en hausse de 2 %, la valeur des importations reste stable. Les exportations françaises de produits aquatiques (hors thon, farines et graisses) sont en recul de 2 % en volume sur douze mois. Le prix moyen des produits exportés augmente, sur la majorité des produits, de 5 %. La valeur des exports est ainsi en hausse de 3 %.

Consommation des ménages : les achats de poissons frais progressent, tirés par le saumon, alors que la consommation de l’ensemble des produits aquatiques demeure en baisse
Sur les douze derniers mois (à fin août 2012), les achats des ménages en poissons frais sont en croissance de 3 %. En comparaison, les achats de viande de boucherie fraîche ont, sur la même période, reculé de 2 % en moyenne et la consommation de volailles est restée stable. Cette évolution est principalement due à l’essor des achats de saumon, qui représentent près d’un quart des achats de poissons frais. Le prix moyen de l’ensemble des poissons frais recule de 2 %, sous l’effet de la baisse importante du prix du saumon frais (- 16 %), qui compense la hausse quasi généralisée du prix des autres espèces.

Les achats de poissons entiers continuent de décroître au profit de produits de plus en plus découpés et préemballés. En 2012, 68 % des volumes de poissons frais étaient vendus sous forme découpée, contre 63 % en 2003. Sur la même période, la part des produits préemballés a gagné 5 points, passant de 13 % à 18 %.

Les autres produits frais sont également touchés par une hausse de prix, ce qui a probablement joué dans le ralentissement de la consommation plus ou moins marqué que l’on observe : - 2 % pour les coquillages frais, - 9 % pour la noix de Saint-Jacques, - 9 % pour les céphalopodes, - 11 % pour les crustacés frais.

La consommation des produits traiteurs est en revanche, en moyenne, en léger recul sur douze mois (- 1 %). Ce sont toujours les plats préparés qui enregistrent la plus forte hausse des volumes achetés (+ 4 %). Les produits surgelés et en conserve sont également moins consommés et seuls les poissons surgelés enrobés se démarquent toujours avec une progression des volumes achetés de 3 %.

Sur le moyen terme, on observe que le consommateur s’oriente de plus en plus vers des produits transformés : entre 2003 et 2011, la part des produits traiteur s’est développée, passant de 18 % à 27 %, au détriment des produits achetés en frais, dont la part est passée de 40 % à 35 %.

Pour lire la suite du communiqué, cliquez ici.


Copyright 2012 - FranceAgriMer - www.franceagrimer.fr 

 
 
Joomla 1.5 Templates by Joomlashack